Tir Na Bealtaine

Jeu de rôle médiéval fantastique original et non censuré (NC-18)
 
PortailAccueilFAQS'enregistrerConnexion
Informations pour le roleplay
Saison du faucon, Mois de Samonios.
En ce jour, le temps est ensoleillé et le ciel dégagé. La nuit reste fraîche pour la saison, mais les étoiles sont magnifiques !


Journée : 24°C à l'ombre
Nuit : 18°C


Rumeurs

"La forêt n'est pas sûre la nuit, j'ai entendu dire que de jeunes femmes s'étaient faites violer par des créatures étranges et inconnues !"
"Il paraît qu'il y a une annonce coquine sur le panneau d'affichage de Valsambre...!
Oh, et moi qui pensais qu'on ne mettait que des propositions de contrats."

"J'ai entendu dire que des gens capuchonnés traînaient près du cercle de pierre et kidnappaient des nouveaux arrivants."

Partagez | 
 

 Dossier 0128 - Scène de crime n°2 : La cave secrète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Herbert H.Doyle
Citoyen de Valsambre



Feuille de personnage
Race : Homme-Loup
Tenue principale:
Inventaire:

MessageSujet: Dossier 0128 - Scène de crime n°2 : La cave secrète   Sam 19 Mar 2016 - 18:07

Saison du Faucon,
Samonios,
Lune Croissante, Jour 5. durant l'absence de Rose


Cher Watson ! Resté seul dans la place, je me tournais vers l'extérieur, je voulais en profiter pour faire le tour de la maison. Je dû me battre contre les ronces, que j'arrachais sans pitié. Ma canne-épée me fut bien utile pour cela, au bout d'un moment j'avais créé un chemin autour du Manoir. C'est alors que je suis tombé sur un drôle de dispositif : un amas de feuillages et de plantes posées comme si c'était naturel hors tout indiquait le contraire. On avait voulut caché quelque chose, et on s'y était pris mal, bien qu'avec motivation.

J'écartais les plantes, et découvrit une trappe en double portes. L'odeur s"en dégageant était forte, j'entendais des mouvements à l'intérieur. J'ouvris les battants, m'attendant à une résistance mais point, tout s'ouvrit sans résistance. Un escalier apparut en bois semblait-il, je descendit, il faisait sombre dans cet endroit. Une forte odeur de clapier réveilla mon estomac, des choses frôlèrent mes jambes, des bestioles étaient en train de fuir loin de ma personne.

Je fini par accommoder et retrouver un vision correcte, je crus voir des objets un peu divers et variés, je pris le pommeau de ma canne et illuminais la pièce. Mon dieu ! Où étais-je tombé ? c'était une cave certes ! Mais une cave pour pervers libertin, il y avait des chaînes, des menottes roses et tout un tas d'autres objets du même acabit, des livres a visée clairement érotique, Moi c'est vers les chaines qu'alla mon premier mouvement.

Nous étions sauvés ! Les chaines étaient de bon acier, les menottes recouvertes de velours rouge étaient solides malgré le ridicule de cet habillage. Je remarquais soudain que les occupants des lieux étaient de braves lapins, une folie de lapins, pourquoi les garder enfermés ? Je l'ignorais mais cela me réjouit, on auraient de quoi manger, se faire de l'argent en vendant les peaux ou des vêtements fais avec. Moi je pourrais être enfermé dedans en cas de besoin dans les prochains jours, les chaines surnuméraires seraient utilisées pour fermer la grille la nuit et la porte de la cave, tout comme la porte d'entrée si besoin était face a des attaques nocturnes trop répétées.

J'attrapais deux lapins, les tuaient chacun leur tour et ressortit tout content de ma découverte. J'allais préparer un petit repas de lapin, pour le retour de Rose. Je vidais les rongeurs, ôtais les peaux que je disposais de façon à pouvoir les utiliser plus tard. Un foyer fut vite installer au pied d'une statue brisée, deux branches utilisées comme brochettes, j'allumais un feu, et y plaçais les deux rongeurs empalés sur leur tige de bois. Et j'attendis ainsi le retour de Rose.

_________________
"Je dirais que le coupable est le colonel dans la bibliothèque avec la clef à molette ! Comment ça non ! Je déteste les jeux de société, rien ne vaut un vrai crime !

Revenir en haut Aller en bas
Maître Conteur
Conteur



MessageSujet: Re: Dossier 0128 - Scène de crime n°2 : La cave secrète   Dim 20 Mar 2016 - 15:00

Tandis que les deux lapins grillaient et pétaradaient joyeusement au dessus du feu, quelque chose attira l'attention du loup. Ses sens exacerbés lui permirent de distinguer un mouvement sur sa gauche. En relevant la tête et en plissant les yeux, Herbert a l'impression d'avoir aperçu une silhouette à l'étage. Derrière un carreau brisé, une ombre semble être passé l'espace d'un instant. Un être normal ne l'aurait jamais vue, mais les dons et l'instinct du loup le rendent plus affûté pour ce genre de signe.

Bien sûr, ce mouvement sur la vitre pouvait très bien n'être que le reflet d'une branche d'arbre. Le loup pouvait l'avoir rêvé. Probablement un signe de fatigue. Seulement, l'ouïe du loup, stimulée par l'adrénaline qu'a pu susciter en lui cette ombre étrange, perçoit désormais un sifflement. Certainement le son du vent s'engouffrant dans un espace exigüe, mais Herbert aurait juré entendre "Peste soient-ils!".

A l'évidence, le manoir est vide, mais les légendes qui l'entourent et parlent de fantômes ont dû jouer des tours à son imagination. D'ailleurs, si le loup regagne le manoir, il n'y trouvera rien, aucun indices d'une présence autre que celle de Rose ou lui. Même si tout les faits tendent à démontrer que le manoir n'est pas hanté, le détective ne peut s'empêcher de se demander s'ils sont vraiment seuls en ce lieu.


Remarque:
 
Revenir en haut Aller en bas
Herbert H.Doyle
Citoyen de Valsambre



Feuille de personnage
Race : Homme-Loup
Tenue principale:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Dossier 0128 - Scène de crime n°2 : La cave secrète   Dim 20 Mar 2016 - 20:01

Cette odeur, Watson ! Le viande crue est incomparable certes, mais le fumet de la viande fraiche en train de cuire, c'est bien agréable. Je me réjouissais devant la surprise de Rose en voyant ce pique-nique improvisé puis en apprenant mes découvertes. Mais soudain un mouvement attira mon regard, vous savez, là à la périphérie du champ de vision. On aurait dit une ombre à une fenêtre de l'étage. Je levais la tête,mais non rien ! La nervosité et la fatigue peut-être.

Cependant je cru percevoir un son qui, interprétais-je, disait "Peste soient-ils", je voulus en avoir le cœur net et fonçais dans le manoir, grimpant les marches quatre à quatre, fouillant les pièces une a une mais rien, pas une trace, pas une odeur, même si, avec tout ce qu'on avait dérangés Rose et moi, il ne flottait plus qu'un odeur acre d'humidité, d'humus et de poussière. Mon imagination sans doute.

Je suis redescendu dans le jardin, j(attendais Rose, on mangera et on se remettra à nettoyer la chambre de Rose. Je vais pas commencé à croire les rumeurs. Il n(y a que nous ici et c'est tout ! La proximité de la date fatidique, voilà la responsable, mes nerfs travaillent trop et je me monte l'esprit. Il ne peut y avoir qui que ce soit d'autre et encore moins un fantôme.




petit clin d'œil:
 

_________________
"Je dirais que le coupable est le colonel dans la bibliothèque avec la clef à molette ! Comment ça non ! Je déteste les jeux de société, rien ne vaut un vrai crime !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dossier 0128 - Scène de crime n°2 : La cave secrète   Aujourd'hui à 9:32

Revenir en haut Aller en bas
 
Dossier 0128 - Scène de crime n°2 : La cave secrète
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dossier Corruption 2:L'ONU et l'argent vole par JC Duvalier
» Jamaica struggles to fight crime
» Fidel Castro dans le dossier Haiti-Clinton: On ne peut rien improviser en Haiti
» Raoul Peck s''adresse au prés. René Preval dans le dossier de la Dominicanie
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tir Na Bealtaine :: RPG - Fonctionnement :: Background/Contexte :: Le long du chemin :: Le manoir délabré :: Seuil de la porte (Extérieur) :: Jardin du domaine :: Cave secrète-
Sauter vers: